Auto-entrepreneur : savez-vous calculer toutes vos charges ?

Dans le domaine de l’économie, on reconnaît que les entreprises de production détiennent une place prépondérante dans son processus de développement. Il en est de même pour les microentreprises qui s’acharnent à s’occuper des activités de production dans des secteurs les plus variés, et ce, sous l’égide des auto-entrepreneurs qui ne cessent d’apporter des améliorations incessantes à leur mode de gestion.

Le montant des cotisations est en fonction de la réalisation dans le chiffre d’affaires

Pratiquement, ces opérateurs bénéficient au cours de leur exploitation un régime fiscal et social très simplifié. Dans cette optique, des textes de lois donnent des prérogatives à ces opérateurs dans le mode de paiement de leur couverture sociale dont le montant des cotisations est calculé proportionnellement à leur chiffre d’affaires. Entre autres, ces charges auto-entrepreneures peuvent être réglées mensuellement ou trimestriellement selon le choix de leur promoteur, comme l’indique statutentreprise.com/.

Les différentes sortes de composantes de ces charges sociales

Dans l’exercice de leur activité, ces auto-entrepreneurs doivent s’acquitter de leurs propres charges sociales. À cet effet, ces opérateurs se trouvent dans l’obligation d’adhérer à un organisme conventionné (RSI). Dans tous les cas, ils sont assujettis à des cotisations sociales pour la couverture des professions indépendantes qui donnent accès à divers droits qui suivent : en premier lieu à l’assurance-maladie ou maternité selon le cas, en second lieu à la cotisation de l’allocation familiale, la cotisation de retraite de base et de la retraite complémentaire, et au final à la cotisation au régime d’invalidité et bien d’autres encore.

Le prélèvement de ces charges sociales s’effectue systématiquement avec un taux fixe

En plus de toutes ces cotisations, une contribution à la formation emploi est requis quelle que soit la source du financement professionnel. Il s’ensuit que le prélèvement de ces charges sociales s’effectue systématiquement du fait de l’application d’un taux fixe à la base du chiffre d’affaires. De ce fait, la déclaration est obligatoire même dans le cas où l’activité se trouverait dans un état immobilisé. Des pénalités de l’ordre de 49 € seront applicables à des éventuels manquements à certains articles de ces dispositions de lois en vigueur. Cependant, pour les 24 premiers mois d’exercice, on peut s’attendre à une exonération totale des cotisations sociales dans le cas où les revenus annuels seraient en dessous du plafonnement de la Sécurité sociale. En définitive, le régime appliqué au statut de l’auto-entrepreneuriat offre de nombreux avantages aux opérateurs en question pour développer son entreprise, et en particulier, pour l’année en cours, l’ACCRE qui provient de l’acronyme de l’Aide aux Chômeurs Créateurs et Repreneurs d’Entreprises se transforment à de l’exonération de début d’exploitation.

Devenir auto-entrepreneur en 2 clics c’est possible : mode d’emploi !
Les avantages du statut de l’auto-entreprise